La culture du melon

Mai 2011
jeudi 5 mai 2011

Quelle protection phytosanitaire est mise en œuvre pour la culture du melon ?

Le melon (Cucumis melo L.) appartient à la famille des cucurbitacées. Considéré comme un légume-fruit, on peut le cultiver même dans les régions les moins chaudes. C’est est une plante herbacée annuelle à tiges rampantes assez longues. Cette culture est très sensible aux maladies et aux ravageurs.

JPEG - 73.3 ko

Au cours de la production de melon il est souvent possible de rencontrer plusieurs sortes de maladies et avoir l’arrivée de certains ravageurs qui nuisent au bon déroulement. C’est pour cela qu’il faut faire un suivi régulier et avoir les bases pour reussir une protection.
Les maladies les plus rencontrées sont :
- Le mildiou : il apparaît des taches jaunâtres sur les feuilles qui se couvrent d’un feutrage gris violacé. Le mildiou se développe rapidement sur le melon et se généralise à toute la surface, que ce soit en serre ou plein champ.
- L’oïdium : il apparaît des taches poudreuses blanches qui sont plus ou moins étendues et qui vont couvrir progressivement les feuilles. A terme, ça va faire jaunir et nécroser le limbe. Les taches touchent également la tige et les pétioles et parfois les jeunes fruits.
Les ravageurs les plus rencontrées sont :
- Le puceron : par le prélèvement de sève et l’émission de miellat, le puceron crée des dégâts qui peuvent entraîner la destruction quasi totale de la culture.
- Les acariens : les dégâts directs sont dus aux piqûres nutriciales. Les feuilles prennent un aspect moucheté puis se dessèchent.
Pour conclure, cette culture nécessite un bon suivi phytosanitaire, des connaissances et du temps.